Une semaine en Harley-Davidson Low Rider S 2020

En novembre dernier, j’ai eu le plaisir d’avoir à l’essai quelques jours une Harley-Davidson Low Rider S 2020. Je n’avais pas eu l’occasion de tester la version Dyna donc quand il y a eu cette annonce en août dernier, j’étais ravi et impatient de pouvoir l’essayer. J’ai eu une version grise, j’avoue que j’aurais préféré pour les photos en noir mais comme vous allez voir, elle a tout de même été photographié sous tous les angles. Comme d’habitude, j’ai été la récupérer chez HD France à Créteil, retour par la A86 et A10 mais pour une fois pas de pluie.

Pour ma première sortie, j’ai pris mon casque Simpson avec la peinture que mon ami Allan a réalisé dessus (Avec Motors). J’ai prévu de vous en parler prochainement. Le Simpson Ghost et le Bell Eliminator sont les deux casques intégraux qui pour moi vont le mieux avec cette moto. Un côté un peu badass.
Comme à chaque fois que je prends une moto, dès les premiers mètres, je teste toujours le frein avant et le frein arrière. On ne sait jamais. Sur ce modèle le frein avant est très correct avec le double disque et cette fourche inversée. Par contre le frein arrière n’est vraiment pas fou. Il faut vraiment appuyer sur la pédale pour freiner. L’ABS ne s’enclenche pas tout de suite. On ne risque pas d’avoir l’arrière qui veut passer devant au freinage sur route mouillée.
C’est toujours agréable de prendre en main une moto par temps sec, surtout une Harley-Davidson. Ce n’est pas qu’elles n’aiment pas la pluie, mais vu la puissance de ce modèle autant être prudent les premiers kilomètres. Il a fallu que je m’habitue à la position avec ce guidon une peu plus haut que d’habitude mais pas de soucis pour choper le frein avant et l’embrayage. Les commandos sont positionnés comme sur la plupart des softail. Par contre, dommage que sur ce Low Rider S, il manque le régulateur de vitesse qui était de série sur la version Dyna.

J’ai pu constater quelque chose d’assez désagréable en conduisant, c’est le fait de ne pas avoir dans mon champ de vision les compteurs. Ils sont positionnés sur le réservoir. Avec la mentonnière du Simpson je ne voyais rien. Obligé de vraiment baisser la tête pour les voir. Soit faut rouler avec un jet ou déporter les compteurs derrière le saut de vent.
En revenant, j’ai fait un arrêt sur le parking d’un centre commercial pour faire quelques photos. J’avoue que j’aime bien son style et je me suis dit que je pourrai faire des photos intéressantes avec les poteaux électriques.


Le soir, j’ai été me balader sur Paris. Elle ne passe pas inaperçu, je peux vous le dire. Elle est un sujet de conversation au feu rouge. Le phare Led éclaire vraiment bien et permet d’être vraiment bien vu. Son gabarit est très correct pour se faufiler dans la circulation. Par contre si vous devez la manipuler à très faible vitesse ou même en la poussant sur le côté, elle n’est pas hyper maniable et son poids se fait vite ressentir. Je dis ça pour les personnes qui oublient souvent en se garant en pente qu’il faudra la ressortir.


Le dimanche matin même s’il faisait un peu frais, j’ai été me balader du côté du plateau de Saclay. En ville, c’est bien mais je pense que c’est une moto qui a besoin de rouler et qu’on passe les rapports. Même si la moto est stock, elle marche vraiment fort. Il manquerait un échappement pour avoir un vrai son HD. Pas forcément trop fort. Là, le son est étouffé et on sent qu’elle a envie de mieux respirer.

Contrairement en ville, là-bas je peux ouvrir un peu plus en respectant les limitations, ce qui permet de voir que cette moto a vraiment quelque chose sous le réservoir. Le sol était humide donc, je n’ai pas forcément fait des grosses accélérations car l’arrière peut partir très vite de travers. Il n’y a pas d’anti-patinage sur les Softail, ça viendra peut-être un jour. Personnellement, ça ne me dérangerait pas s’il était désactivable.


Le lendemain, j’ai été faire une virée avec mon ami Christian qui a une magnifique Dyna Low Rider S. Nous avons joué au jeu des sept différences.  J’avoue que je préfère la version Dyna niveau look. Son LRS a des échappements Vance and Hines et je peux vous dire que ça fait vraiment la différence. Le son est vraiment bon sans forcément être trop bruyant ce que je n’aime pas. Nous en avons profité pour faire quelques photos-souvenirs.

Le mercredi matin, le ciel était top avec le soleil qui se levait. Le midi était intéressant niveau temps pour profiter de la lumière. Et puis autant profiter de cette moto le plus possible.

Le meilleur moment de cet essai a été le jeudi midi. Je suis parti de Massy direction Harley-Davidson Coignière en passant par Limours, Senlisse et Auffargis. 40 kilomètres non-stop de pur bonheur pour m’y rendre, personne sur la route, froid mais un temps ensoleillé. J’ai vraiment pu voir la puissance du couple et je me suis faire plaisir. Au moins une HD qui freine enfin de la roue avant. La moto est maniable. La fourche inversée en plus de donner du style et un côté agressif apporte vraiment un confort de conduite. Je n’ai pas régler l’amortisseur arrière, je l’ai laissé par défaut. J’ai pu manger un délicieux burger au restaurant qui touche la concession, c’était en plus le jour du Beaujolais nouveau. J’ai pris un autre chemin pour le retour et j’en ai profité pour m’arrêter proche d’une petite ferme aux Ulis pour faire des photos d’ambiance avec ce hangar rouge. Je trouvais qu’avec mon Teddy Schott ça donnait un bon style.


Pendant l’essai, je me suis imaginé avec un sac de voyage accroché sur un sissy bar amovible partir à Gérardmer ou Grimaud pour un festival. Un road trip en Harley-Davidson par les petites routes, c’est que du bonheur.
La Low Rider S 2020 était vraiment la moto que j’avais envie d’essayer et je ne regrette pas. Elle m’a vraiment donné la pêche. Du coup avant de la rendre le vendredi comme il faisait un temps magnifique, j’ai été me balader à Paris et j’en ai bien profité.

www.harley-davidson.com

Prix : A partir 19 990€

 

This article has 2 Comments

  1. Bonjour Laurent,

    Je ne vais pas dire que les photos sont jolies, elles le sont toujours 🙂
    Concernant le comportement et le ressenti, qu’est-ce que cela donne par rapport à l’ancienne Low Rider S (avez-vous échangé avec ton pote ?). Le rendu global est certes très efficace mais pas trop aseptisé ?
    Quoi qu’il en soit, esthétiquement c’est une réussite !

    Clément

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.