Quelques jours en Harley-Davidson Sportster Iron 1200

Aujourd’hui, je vais vous parler du Sportster Iron 1200 Harley-Davidson. Pendant neuf ans, j’ai roulé au guidon d’un Sportster Iron 883 de 2009 que j’ai adoré, c’est la moto qui m’a fait rentrer et découvrir le monde Harley-Davidson, le XL1200N était donc le modèle que j’attendais de tester avec impatience en 2018. Je disais souvent à mes amis , il manque deux choses sur mon Sportster, un moteur 1200 cm³ et l’ABS. 

Depuis 2014, en plus de l’ABS, il a des fonctionnalités supplémentaires sur les modèles Sportster comme le compte-tours, le rapport engagé et l’autonomie restante. C’est utile mais malheureusement, il faut naviguer dans le menu pour passer de l’un à l’autre, tout n’est pas disponible sur le compteur en même temps.

Esthétiquement, j’aime beaucoup de choses sur cette version comme les nombreuses pièces du moteur finitions noires,  la peinture du réservoir inspiré des années 70, les commandes médianes, les amortisseurs même si pour le style, je préférerai légèrement plus court, les  jantes et les échappements noirs. Je suis par contre moins fan du guidon mini-ape, la selle solo esprit café racer et le saut de vent. 

J’ai récupéré la moto un jour de pluie, j’ai pris la A86 entre Créteil et Versailles en remontant les files de véhicules, il m’a fallu très peu de temps pour prendre mes repères. Au niveau de la maniabilité, le plus dur a été de rouler avec un guidon un peu plus large et plus haut que celui du 883 iron. C’est vrai que j’adorais la position de mon Iron avec son guidon d’origine, je me faufilais partout et il était confortable. La position haute est un coup à prendre, on est plus droit sur la moto, c’est très agréable sur des routes de campagne, un peu moins en ville. Au niveau du freinage, c’est là que j’ai vu en appuyant un peu sur le frein arrière que l’ABS avait vraiment son utilité sur une route mouillée avec le Sportster. J’ai de nombreuses fois appuyées trop fort sur mon frein arrière sur mon Sportster qui n’avait pas cette assistance et j’ai souvent dérapé. Quand il pleuvait, j’étais toujours plus prudent et encore plus sur les pavés parisiens.  C’est une sécurité supplémentaire et ça ne change rien à l’esthétique de la moto.  Le freinage est satisfaisant. Ça pourrait être plus puissant mais pas sûr que la fourche suive. De toute façon, la meilleure fourche sur  un Sportster est sur le Roadster 1200. En parlant de suspension, l’arrière est correct, bien mieux que ceux que j’avais d’origine sur mon 883.

Les jours qui ont suivi les conditions météorologiques étaient nettement plus agréables. Cela m’a permis d’aller m’évader un peu à la campagne du côté de Janvry et les Vaux de Cernay. C’est des endroits où les routes sont agréables avec des bonnes lignes droites et des routes sinueuses. Entre midi et deux, il n’y a personne, c’est le pur bonheur avec cette moto. Je ne pouvais pas ne pas me rendre sur Paris avec cette moto. Rouler dans la capitale avec un Sportster, j’ai l’habitude et j’ai mes petits parcours. Prendre les quais de Seine, enfin ce qui en reste, passer par la Tour Eiffel, remonter les grands boulevards, se prendre une petite pâtisserie et la manger place des Vosges, se perdre dans les petites rues du Marais, se poser en terrasse pour prendre un  café, repartir au bord de la Seine et ensuite du côté de la place de la Concorde pour faire des photos et rentrer dans la nuit par la fameuse côte de la N118 en partant de Boulogne. Mon petit kiffe.

On pense toujours que les Harley-Davidson, c’est pour les grandes routes et s’évader loin, mais en fait, le Sportster est aussi une moto de ville. Attention, ce ne veut pas dire que vous ne partirez pas quelques jours loin de chez vous en road trip avec des bagages sur les côtés ou sur un Sissy Bar.  J’ai fait plusieurs voyages avec mon 883, c’était un peu faible niveau puissance, fatiguant au bout d’un moment mais des très bons souvenirs.

 

Niveau moteur, on sent bien que c’est un 1200 cm³, la sensation de conduite n’est pas la même. Si on ouvre un peu, on sent que ça part beaucoup mieux. Quand on roule à 120 km/h avec le 883, on a tendance à chercher la cinquième vitesse alors qu’on est déjà en 5. Avec le moteur 1200, le régime moteur n’est pas le même et c’est nettement plus agréable. La plage plaisir de cette moto est entre 60 et 110km/h quand on passe les rapports. Je dis juste qu’il faudrait un stage 1. Ce serait la première modification que je ferai si j’avais ce Sportster. Ensuite, je changerai le guidon, déposerai le saut de vent et mettrai des pneus Avon MK2. Les Michelin Scorcher sont bien, je ne dis pas le contraire, c’est que j’avais vraiment aimé les Mk2 sur mon Iron au niveau tenue de route et esthétiquement.  J’apporterai quelques modifications supplémentaires,  j‘ai bien entendu déjà bien travaillé le dossier.

J’ai vraiment hésité à prendre cette moto l’année dernière quand j’ai décidé de me séparer de mon Sportster. Mais je voulais vraiment changer de style. Je me suis dit qu’avec le Sportster Iron 1200, j’aurai juste l’impression d’avoir la même moto en plus puissante avec ABS. Elle reste toujours dans ma liste de motos que je souhaiterais avoir dans mon garage avec les modifications que j’ai cité quelques lignes plus haut. 

Je n’ai pas vu de préparation sur cette base qui me plaise pour me moment chez les préparateurs ou sur les réseaux sociaux. En ce moment, il y a la Battle of the kings, sur les huit Iron 1200, aucune n’est à mon goût.

 

Vu la différence de prix vraiment minime entre un 883 Iron et un 1200 Iron, il serait plus logique de partir sur le 1200 mais le 883 est pour moi mieux équipé d’origine. La gamme Sportster me fait toujours autant rêver, elle est customisable presque sans limite.

Comme je l’ai eu plusieurs jours, j’ai bien pu en profiter pour faire quelques photos-souvenirs.

Prix du 1200 Iron avec cette peinture 11490€

www.harley-davidson.com

This article has 11 Comments

  1. Elle semble toujours aussi basse (la 883 était vraiment trop petite pour mon gabarie).
    Et sinon, réaction à la phrase : « le Sportster est aussi une moto de ville »… Je pense sincèrement qu’il n’y a pas de moto pour la ville (c’est chiant, il y a des feux, on passe jamais la 3ème, on participe au bordel ambiant).

    Vive la moto à la campagne, et celle là semble sympa pour les virées en solo ou en groupe.

      1. hello chazster,
        super ton reportage sur l’iron 1200 et je suis d’accord avec tout ce que tu as écrit. ça faisait longtemps que je cherchais de belles photos de cette iron. J’aimerais bien que tu m’en envoi aussi de ces photos HD si ça te dérange pas pour mon fond d’écran 🙂

        A bientôt!
        Biker iron 1200

  2. Merci pour ce beau compte rendu, très agréable a lire comme d’hab, avec de belles photos, moi aussi je suis passé sur Nine T comme toi ( scrambler ) et moi également quand j’ai vendu mon 48, ce Sporster me faisai de l’œil, un jour je pense quand même que j’y reviendrai…..Ride safe Laurent.

  3. Possédant un 48 et ma compagne une Iron 883 avec commandes avancées, j’ai reçu cette 1200 en prêt de mon concess un weekend.
    Hyper simple de prise en main en effet et le dos bien plus droit ce qui est un sacré plus niveau confort pour les longues routes. Cependant j’étais sujet à des terribles crampes au niveau des cuisses ( pourtant je ne suis pas grand… ) dues à la position de conduite trop « pliée  » .
    Certains détails de finition ont disparus également comme les pare-chaleur ajourés ou les éléments en alu sur les jantes, ce que je trouve fort dommage.
    Sinon excellente machine mais à voir comme une « base ».

  4. Salut Chazster, merci pour ce super article, illustré par de superbes photos, une fois n’est pas coutume, en particulier de nuit ou en faible luminosité. Je retiens en particuliers celles dans les rues et quais de Paris, à la fois très bien cadrées, très bien exposées et très piquées. Du coup je me disais, accepterais-tu de faire un article sur tes techniques photographiques ? Matériel, combines, type de déclencheurs, etc. j’ai vu que tu avais un Olympus OMD EM5. Actuellement équipé d’un APSC Canon je souhaite tout changer pour passer en micro 4/3 en raison du poids et de l’encombrement. Je lorgne justement du côté de l’EM5 MkII, mais vu son ancienneté maintenant, je ne me précipice pas en espérant qu’Olympus le mette à jour cette année. Bref, un article sur tes techniques photographiques, choix et arbitrages en termes de matériel qui a fait ses preuves, principes, combines et autres bidouilles pour nous faire toucher du doigt ton univers de créativité photographique serait super.
    Merci encore pour tout ce que tu partages, tant sur ton blog que sur Insta.

  5. Bravo Laurent pour ton article (et les si belles photos). Je suis tombé un peu par hasard sur le site… et comme je m’apprête à succomber aux charmes de la Belle Iron ; cela m’a permis d’avoir un avis supplémentaire ; un avis (de motard) impartial. Il faut dire, je ne connais pas grand-chose au monde HD. Moi, je viens plutôt de l’univers « enduro » (400 DRZ, 610 Husqvarna, etc.) alors…

  6. Salut Laurent,

    Pourquoi n’irais-tu pas essayer d’autres marques comme chez Indian. Pour ma part, j’ai fait l’acquisition d’une SCOUT bobber et franchement c’est puissant, c’est maniable, ça freine pas trop mal sans être transcendant. Niveau prix on est sur la même tranche que Harley mais c’est en terme d’entretien c’est tout de même moins.

    Bref tu devrais franchement tester et t’ouvrir à de nouveaux horizons et j’aimerais bien voir ta plume s’exprimer après un tel essai.

    Cordialement,

    Ludo.

    1. Bonsoir, sur le site, il y a des essais, Ducati, BMW, Triumph, Harley-Davidson, Husqvarna, Royal Enfield ou encore Moto Guzzi. Indian était prévu mais il y a eu un contre temps, ça sera sûrement cette année. Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.