Pantalon Merlin Elford à l’essai

En mai 2016, je présentais sur le blog la marque Merlin avec le pantalon de pluie en coton ciré Elford. Un an plus tard, la marque Merlin m’en envoyait un pour que je le teste et donne mon avis. Le pantalon est disponible en toile noire ou kaki, mon choix s’est porté sur le noir pour aller avec le blouson Merlin Hamstall que je mets régulièrement. Je savais que j’allais prendre ce blouson pour me rendre aux Wheels and Waves, alors, je voulais le pantalon qui aille avec.

Je reçois le produit en taille M, au premier abord, il paraît bien grand quand vous le présentez devant vous. Impatient, je fais le premier essai dans l’appartement, j’enlève juste mon jean et passe le pantalon Merlin avec sa doublure amovible. Rapidement, je me dis que je vais avoir chaud à cette période mais qu’en hiver, je risque d’être vraiment bien. C’est une doublure classique 125g, elle n’est pas technique comme la veste avec la technologie Outlast. Deuxième essai, je retire la doublure très rapidement car elle est juste tenue par un zip à la taille et deux pressions au niveau des chevilles. J’en profite pour retirer les protections souples Safetech qui se trouvent au niveau des genoux. Il y a des emplacements au niveau des hanches mais les protections sont vendues en supplément. Dans cette version, c’est moins douillet mais plus adapté à la température de la pièce. Je ne suis pas fan de la ceinture qui ne tient pas trop au niveau de l’attache mais c’est un détail.  J’enfile mes chaussures car oui, n’ayant pas de grand zip sur le côté, vous devez défaire vos chaussures quand vous devez enfiler le pantalon. Une fois chaussé, je ferme le petit zip sur le côté et ajuste les pressions, il y a 3 niveaux de serrages. Début dans mon salon, je suis bien au niveau de la taille avec mon jean en dessous et la longueur est bonne, il a l’avantage de bien couvrir mes chaussures dans cette position, on ne marche pas sur l’arrière du pantalon non plus.


Bien entendu, cette position n’est pas celle sur la moto et cela dépend du modèle de cette dernière. Entre la position sur une Harley-Davidson Spostster Forty-Eight, celle sur une Triumph Bonneville T120 et une autre sur la BMW R nineT Racer, la flexion des genoux n’est pas la même, donc le pantalon va remonter plus ou moins selon le modèle.  Il est important d’avoir le pantalon qui recouvre bien la chaussure, il est évident qu’il faut privilégier des bottines résistantes à l’eau aux baskets quand il pleut. Si le pantalon de pluie remonte trop, l’eau mouillera votre jean par exemple et par capillarité l’eau remontera, ce qui n’est vraiment pas terrible. Je le vois presque tout le temps à chaque fois que je croise des motards sous la pluie. Par chance sur mon Sporster Iron et sur la BMW RnineT Urban GS mon pantalon recouvrait bien mes chaussures et je n’ai pas eu ce souci. Bien entendu, vous pouvez mettre ce pantalon aussi quand il fait froid sans forcement qu’il pleuve, en hiver, ça protège bien.

Le pantalon est en coton ciré 12oz Halley Stevensons Scottish avec une membrane étanche, coupe vent et respirante Reissa, c’est surtout ça le gros plus du produit. Le coton va commencer à s’user et avec le temps sera plus joli. Un exemple de test pour moi. Comme ma selle sur mon sportster n’est pas vraiment étanche et fait plus office d’éponge quand il pleut, il suffit que je fasse un trajet avec le pantalon de pluie pour me rendre compte de l’efficacité du produit, on rajoute à cela la pluie qui stagne au niveau de l’entre jambes quand il pleut et on a vite le verdict. Pour le coup, c’est nickel, je reste au sec à cet endroit-là. Les deux autres zones les plus exposées sont les cuisses et les tibias avec la remontée d’eau de la roue avant et là encore le résultat est très satisfaisant. (Je compare un peu avec mon pantalon Dainese Gore-Tex.) Au passage, côté intérieur des chevilles il y a un renfort, ca peut être utile s’il y a de temps en temps contact avec les pare chaleurs et pour l’usure avec le moteur. Le meilleur test a été pendant mon voyage pour me rendre aux Wheels and Wheels, plus d’une heure de pluie en continue dans les montagnes Basques pour me rendre à Bidart. C’est vraiment là que j’ai vu l’efficacité du produit niveau imperméabilité. Par contre, comme il faisait plus de 20°C et que j’avais mon sous-vêtement Bowtex sous mon jean, j’ai vraiment eu chaud, on était à la limite. Je n’ai pas eu le temps dans la montagne d’enlever les couches, il commençait déjà à bien pleuvoir. D’autres tests ici sur Paris ont validé aussi la qualité du produit.

Le problème est de porter ce pantalon quand il fait plus de 25°C avec le soleil mais qu’il risque de pleuvoir, je ne vous cache pas qu’avec un jean en dessous, la membrane est respirante mais vous commencez vraiment à avoir chaud. C’est un peu les conditions que j’ai eu dernièrement.  Dans ces conditions, il vaut mieux mettre un sous vêtement long technique si pour vous l’intérieur filet n’est pas agréable et mettre son jean dans un sac et se changer en arrivant.  Lorsqu’il ne pleut pas encore, je le transporte dans un sac à dos, il est peu lourd et encombrant avec les protections. Je le plis et le range dans un petit sac étanche sans les protections, le sac sert à quand il est trempé à le ranger sans mouiller le reste de mes affaires dans mon sac en attendant de le faire sécher. D’ailleurs niveau séchage, compter plusieurs heures pour qu’il sèche quand vous vous êtes bien fait rincer.

Pour ce qui est des détails de finitions, les pressions sont de bonne qualité et tiennent bien. Les poches arrière se ferment avec du velcro, ce qui évite d’être gêné par des pressions ou un zip. Il y a deux poches zippés devant et une latéral à droite qui se ferme avec deux pressions et qui est bien pratique. Il y a la possibilité si vous avez une veste ou un blouson Merlin de raccorder l’ensemble avec un zip de 20 cm qui se trouve derrière, ce n’est pas super pratique à mettre, il faut s’y reprendre à plusieurs fois.




Le pantalon n’est pas super fitté, il est même un peu large comme vous pouvez le voir sur les photos mais il est très confortable. Un produit de qualité assez rare dans cette matière avec une membrane.

Les pantalons viennent tout juste d’arriver chez Mr S Motorcycles à Paris. Ils ne sont pas facile à trouver, c’est les premières livraisons en France.

Prix : 329€

 

This article has 1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *