L’essai de la Harley-Davidson Project LiveWire

Cela fait un an que nous avons appris que Harley-Davidson allait sortir une moto avec un moteur électrique nommé Project LiveWire. Certains ont crié au scandale d’autres se sont dit encore une innovation de la marque et une dernière catégorie, c’est un gros coup marketing.
Quand Harley-Davidson France par son agence de presse m’a proposé d’aller essayer cette moto en France sur le circuit Michelin Ladoux près de Clermont Ferrand, même si l’essai durait que 15 minutes, j’ai dit oui tout de suite. Après un départ à 7h du matin de la gare de Bercy, avec 50 minutes de retard, nous arrivons à Clermont Ferrand, des navettes nous emmènent jusqu’au site. En arrivant, nous découvrons tout de suite une LiveWire qui sert de fond de décor pour un caméraman qui nous fait un portrait avec nos remarques après notre essai. Une autre est sur le Jump Start pour faire découvrir la moto et pour ceux qui n’auraient pas le permis, un genre de simulateur. Pendant ce temps, il y en a cinq qui roulent sur la piste et cinq qui rechargent.HDLiveWire_0261A 14h, après un délicieux burger du foodtruck Redwood’s, c’est le début de la conférence de presse avec un discours de Gérard Steadelin, le directeur général de Harley-Davidson France qui explique le Project LiveWire en nous rappelant qu’en début de semaine, le grand patron de Harley-Davidson monde, Matt Levatich, a dit que sera commercialisé avant 2020 une moto électrique et aura l’automonie plus d’un Iron qu’un Forty Eight. Ensuite Xavier Crépet, directeur marketing et communication nous retrace un peu l’histoire de la marque, de l’arrivée de la Street 750 en 2014 et du Project Rushmore pour la gamme Touring en 2013 avec une grande écoute de leurs clients, des motos que j’ai largement essayé pour le blog.project-livewire-chazster 16Il nous explique les caractéristiques de la moto, soit le bloc en aluminium du moteur délivrant du courant alternatif triphasé qui s’impose sous la moto, du cadre en aluminium qui permet à la moto d’être la plus légère de la gamme Harley-Davidson actuelle avec un poids de 210kg batterie lithium ion incluse, celle ci chargée à bloc permet de rouler pendant environ 85km. Cela va dépendre du type de conduite sur l’un des deux modes sélectionnés. Il faut aujourd’hui compter 3h30 pour une charge complète, d’ici là, la technologie aura bien évolué. Il y a une deuxième batterie pour l’éclairage et l’écran tactile. Un faux réservoir qui rappel celui du Sportster, la roue arrière de 17 est entrainée par une courroie, la roue avant est de 18 pouces, jantes à bâtons avec une monte bien entendu Michelin, il y a même le logo HD dessus. Pour la partie freinage, un frein Brembo devant 2 pistons et à l’arrière un simple piston. La fourche avant de la marque Showa est inversée, à l’arrière un amortisseur central. Niveau éclairage, on retrouve du Led sur le phare avant, arrière et clignotant.

project-livewire-chazster 4

project-livewire-chazster 2

project-livewire-chazster 1

project-livewire-chazster 14

project-livewire-chazster 10

project-livewire-chazster 9

project-livewire-chazster 8

project-livewire-chazster 6Le Project LiveWire a déjà eu 30 étapes aux États Unis, près de 6800 personnes l’ont testé sur route ou circuit et d’autres sur le Jumpstart, pour l’heure, ils ont recueilli 15000 avis. Après l’essai, on doit répondre à des questions sur une tablette. En avril dernier, pour la partie Asie, ils étaient en Malaysie, maintenant ils s’attaquent à l’Europe, ils ont commencé par l’Angleterre, le week-end dernier en France et ensuite l’Italie, l’Allemagne et les Pays Bas début août, ils continueront en Amérique au Canada pour finir aux USA. Le but est de recueillir l’avis des concessionnaires, des propriétaires de Harley-Davidson, des motards d’autres marques et ceux qui n’ont pas encore le permis.

HDLiveWire_0539A
HDLiveWire_0540A
HDLiveWire_0280A 15h30, c’était pour moi l’heure du départ, je mets mon blouson en cuir même s’il fait 30°C, mes gants aérés, mon casque open face même si j’ai longtemps hésité à prendre mon intégral et j’enfile mes lunettes avec mes verres teintées. Cette fois, mes boots n’auront pas la marque du sélecteur de vitesse car il n’y en a pas, je suis enfin prêt. Deux trois photos avant le départ pour les souvenirs, j’essaye ensuite de régler les rétroviseurs mais sans succès, je crois qu’il faut vraiment les tourner pour voir quelques choses. Pour moi qui conduit un Sportster toute l’année, je suis comme à la maison au niveau des commandes au guidon, boutons posés au même endroit, j’appuie sur « Run », l’écran LCD s’allume (voir la vidéo), vous pouvez choisir deux modes, soit « Range Ride » ou  « Power Ride », le deuxième plus puissant mais moins d’autonomie, une fois le mode sélectionné, à cet instant, on voit le chiffre 179km/h apparaitre, en version miles, c’est 111. Une fois ce chiffre affiché, on appui sur « start » sur le commodo de droite, le chiffre 0 apparaît, le moto a démarré et là, aucun bruit. Mon reflex premier est bien entendu d’embrayer, pour le coup, je touche le rétroviseur ce que je ferais bon nombre de fois pendant l’essai. On est parti, on suit un Forty-Eight, personnellement, hors de question de rester derrière, je suis venu pour tester une électrique, ce n’est pas pour me faire polluer et entendre le son de mon Sportster. Je reste à l’écart, zigzag un peu, freine du frein avant, elle freine, même très bien. Je tourne la poignée à fond pour voir l’accélération, ils disent 4,2s de 0 à 100km/h, ça accélère fort mais je reste un peu sur ma faim, je pensais vraiment avoir plus de puissance. Dès qu’on lâche la poignée, le frein moteur est assez puissant. J’ai testé le frein arrière, ça dérape vite, pas d’ABS sur cette moto, peut être un par la suite. On continu, la grande courbe devant moi me donne envie d’accélérer ça tombe bien, juste après, une superbe ligne droite, je tourne la poignée à fond, j’adore le son de la moto quand elle part, un mélange d’avion de chasse et de missile, j’atteins comme tout le monde 153km/h au trois quart de la ligne droite, la moto est stable, c’est même agréable, je serais bien allé plus vite même à la base, je ne suis pas très vitesse. La lisibilité de l’écran avec le soleil et les lunettes est très correct.
HDLiveWire_0542AOn refait un tour, je m’amuse à utiliser les traits blancs de la piste en guise de plot pour voir la maniabilité et jouer avec la poignée d’accélérateur, c’est exceptionnel, elle est super agile, si on dose bien la poignée, c’est un régal. Nous nous arrêtons un peu plus loin sur la ligne droite en attendant chacun notre tour pour se faire prendre en photo et être filmé. Pas le droit d’avoir notre propre matos, sur les pistes autour, il y a des prototypes. On nous demande de faire trois tours d’un petit anneau à un moment, dommage, ce n’est pas mon meilleur côté. Au niveau de la position, c’est vraiment un roadster, moi qui mesure 173cm, la moto est parfaite, pour les personnes mesurant 190cm, il faudra revoir la copie, je ne vois pas les commandes avancées dessus, il y a écrit Harley-Davidson sur le réservoir mais ce n’est pas un custom.
J’aurais voulu encore tourner un peu, mais il faut repartir, je me fais un départ arrêté avec tout de suite une grande courbe, la sensation est superbe, ça ne vibre pas certe, mais le son donne une sensation de vitesse, j’en double un, j’enchaîne la ligne droite, je suis de nouveau bloqué comme tout le monde car la moto est briquée à 153 km/h.
Ce fut une superbe expérience, maintenant Harley-Davidson à deux types de son, le légendaire V Twin « patatoes » et celui de cette moto légèrement futuriste avec un son d’avion au décollage. Ça m’a fait un peu penser à la course de modules dans Star Wars, mais je préfère le son de la LiveWire qui résonne dans la caisse sous la moto. Il faudra en discuter à nouveau après une heure de moto, ça peu vite devenir chiant.
Cette moto ne sera sûrement pas celle qu’on verra dans les concessions en 2020 mais si elle s’en approche, ça sera une bonne chose, ça montrera que la marque innove et touchera d’autres clients. Ceux qui n’aiment pas pourront toujours acheter les modèles thermiques de la marque.
La moto électrique ne remplacera pas dans mon garage ma moto thermique car elle apporte des sensations différentes et forcement beaucoup plus d’autonomie pour se déplacer, mais en deuxième moto selon le prix pourquoi pas.
On pourra dire que j’ai conduit la même moto que dans le dernier Avengers « Age of Ultron » comme Scarlette Johansson.

 
project-livewire-chazster 12

project-livewire-chazster 13
project-livewire-chazster 15

HDLiveWire_0263

HDLiveWire_0558A

HDLiveWire_0559A

Redwood’s menu Project LiveWire

project-livewire-chazster 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.