Interview du photographe Amaury Cibot

Bonjour Amaury. J’aimerais en savoir un peu plus sur toi. Peux tu te présenter?  

Salut Laurent, moi c’est Amaury Cibot, j’habite au Vésinet petite ville bourgeoise de l’ouest Parisien avec ma femme et mes deux enfants. Je suis photographe depuis 2010 et motard depuis toujours.

Je suis photographe de presse spécialisé moto. La photo m’a dirigé vers la moto et la moto m’a dirigé vers la photo ! En fait c’est une boucle sans fin, l’un ne peut pas aller sans l’autre.

amaury-cibot-photographe-1-2

J’ai démarré le deux roues hyper tôt, quand j’avais 10 ans j’avais un BMX tout pourri et j’adorais rouler dans les chemins de boue de mon quartier et rentrer tout sale ! Mais à cette époque je n’attendais qu’une chose : avoir 14 ans pour pouvoir avoir une mobylette ! Donc BMX, mobylette, scooter puis vers 19ans je faisais du cross sauvage sur les chantiers avec mes potes. J’avais un YZ 80 de 1984 qu’on avait acheté à plusieurs mais on roulait avec ce qu’on avait sous la main. C’est à ce moment là que j’ai acheté un appareil photo, ce qui se passait sous mes yeux devait être immortalisé ! Armes, motos, drogues, sexe ! C’est le reportage raté de ma vie ! Après une chute et une clavicule cassée j’ai arrêté les deux roues puis j’ai trouvé une meuf, un taf… 

10 ans plus tard empêtré dans une carrière merdique je décide de me lancer dans le photo-journalisme, j’en parle forcément avec mon meilleur pote Balthazar et c’est tout naturellement qu’il me dit « Va voir mon père c’est un grand photographe » à l’époque je ne savais pas du tout qui il était enfin pour moi c’était juste le père chelou de mon pote que je voyais quand j’allais chez lui ! Donc je vais voir Yan Morvan qui me propose de venir avec lui en reportage en Allemagne. Il me parle d’un rassemblement de motard un peu dingue, forcément je le suis. Je me retrouve au fin fond de la Bavière Allemande dans une fosse ou un bon millier de ce qui ressemblait à des sauvages tout droit venu du moyen âge buvaient du schnaps et roulaient comme des malades avec des engins tous plus improbables les uns autant que les autres ! C’est quand je suis revenu avec mes photos pourries je me suis dit ok c’est ça que je veux faire des photos de motos.

elefantentreffen_edite_31

elefantentreffen_edite_25

elefantentreffen_edite_18

elefantentreffen_edite_24C’est donc en quelque sorte une reconversion professionnelle? 

Tout à fait, je n’avais pas envie d’être un mec avec une vie rangée ! Et en deux ans de taf intense en photo j’ai déjà fait plein de trucs extraordinaires.

Quelle formation as tu suivi ? Quel souvenir gardes tu? 

En effet j’ai suivi une formation l’EMI-CFD pour m’aider à travailler avec la presse et élargir mon réseau sur les conseils de Yan qui a monté cette formation dans les années 80. Ce fut une époque troublante. Beaucoup d’informations à digérer en peu de temps. Ce fut aussi le moment où j’ai eu besoin de revenir à la moto. J’ai fais sûrement le meilleur et le pire choix à la fois ! Une Honda CB 125 K5. Avec cette moto j’ai retrouvé mon amour pour la mécanique.

Pour quel magazines travailles tu? 

En moto : Cafe Racer, Moto Mag, Side Burn, MO, Fast and lucky, 4H10

En auto : Le groupe Mondadori Sport Auto, Auto journal et Auto plus

vintage-revival-monthlery-2

whells_and_waves_2015_1

Quel est ton type de sujet préféré ? Les préparateurs, les events, les portraits… ?

Je n’ai pas de préférence, en règle générale j’aime bien me mettre en danger en photo et faire un truc que je n’ai jamais fait c’est souvent comme ça qu’on apprend. Pour CR j’ai suivi beaucoup de courses de flat track mais j’ai aussi shooté Yan et un super préparateur du nom de Walt Seigl lors de mon passage dans le New Hampshire. 

walt_siegl015

vintage-revival-monthlery-1

whells_and_waves_2015_2

Oui justement j’ai vu que tu avais été aux Etats Unis du côté de New York. Raconte moi un peu ce voyage ?

Oui j’ai suivi ma femme qui avait un training dans la banlieue de Boston. On a atterri à NYC chez la famille. J’en ai profité pour faire un tour des shops de Brooklyn et j’ai fait des rencontres exceptionnelles notamment chez Works Engineering qui m’a permi de shooter deux events et publier dans Side Burn. Les gens que j’ai rencontré là-bas sont justes mortels, tout le monde m’a accordé du temps et tout le monde est très authentique. En France on cherche sans cesse à ressembler aux Américains, eux sont justes eux-mêmes et ça change tout !

amaury-cibot-photography-3

amaury-cibot-us-1

amaury-cibot-us-2

country_mile_race009

J’ai remarqué que tu étais actif sur les réseaux sociaux, on voit souvent des photos de Flat track. Qu’est-ce qui t’intéresse autant dans cette discipline ?

Oui depuis le début de l’année je m’intéresse au flattracker, faut dire que nous avons des champions intéressant en France Franck Chatokhine, Serge Nuque, Hubert Bastie, Dimitri Coste et bien d’autres. J’ai suivi 8 courses en Angleterre, Belgique, Espagne, Italie, France et aux States. C’est l’ambiance qui m’a attiré, tout semble très authentique. Tu sais à Paris la moto est selon moi un effet de mode ou un rempart contre une vie trop monotone ! Je crois que de manière générale je cherche à comprendre le milieu moto, ce qu’il est aujourd’hui, ce qui nous vient des Etats-Unis et ce qui nous motive. Est-ce une façade ou un réel mode de vie ?

SNOWQUAKE

macon-11

Course de dirt track El Rollo pendant l'évenement Wheels and Waves 2016 à l'hipodrome de san sebastian en espagne

Course de dirt track El Rollo pendant l'évenement Wheels and Waves 2016 à l'hipodrome de san sebastian en espagne

macon-4

Pour le moment je suis ces courses, je vends mes reportages à la presse et je fais une série de portraits sur ces riders caractériels. De manière générale j’essaye de faire un portrait de chaque rider que je croise. Il faudra d’ailleurs que je fasse le tien 😉 Je m’interresse plus à l’homme qu’à la machine. J’ai d’ailleurs quelques photos qui seront exposées au Midnight Garage en octobre.

Tu travailles avec du numérique et de l’argentique? Quel est ton matériel photo? 

J’ai deux numériques pour tout sauf le portrait que je fais en argentique. 

Boîtier Nikon D800 et D3 (A VENDRE) pour achat d’un D4s

Objectif 16 35 f4 – 35 f1,4 – 50 f1,4 – 60 f2,8 – 70 200 f2,8 

Boîtier argentique 24×36 Nikon FM2 et deux moyen format Bronica Etrsi et Mamiya super 23.

Y a t il un photographe qui t’inspire? 

Oui bien sur ! Yan Morvan même si c’est un peu particulier du faite qu’on se connaisse, Bettina Rheims, Paolo Pellegrin, David Alan Harvey, Steve Mc Curry, Helmut Newton et Julien Lachaussée (ça se voit surement un peu ☺)

yan_morvan002Parles moi de visa pour l’image ?

Oui j’en reviens ! C’est une semaine de rencontre professionnelle entre photographes et éditeurs chaque année début septembre. J’y vais pour voir des travaux photos exceptionnels, travailler mon œil, boire des coups avec les autres photographes, rencontrer la presse et les éditeurs. C’est très enrichissant. Puis j’essaye toujours de vendre mes sujets à la presse généraliste Vice, VSD, NEON, Polka etc..

Tu roules avec un vieux sportster assez grunge, comment d’un K5 t’en est arrivé à une Harley-Davidson ?

Oui suite à la casse du moteur de mon K5 j’ai voulu passer mon permis et acheter une vraie moto. C’est au retour de Wheels & Waves 2015 que j’ai craqué sur une Harley. J’en avais jamais conduit et je suis tombé amoureux tout de suite !

Processed with VSCO with b5 preset

amaury-cibotY a t il une autre moto que tu aimerais avoir? 

Un Knucklehead en chopper rigide. Même si évidemment je n’en ai jamais roulé une ! Le moteur est juste sublime ! Je suis parti en road trip fin aout avec une Ducati Scrambler Flat Track Pro et j’ai adoré ! Pourtant je ne suis pas du genre à aimer les motos récentes mais alors celle-là… Je vous invite a regarder mon avis sur instagram.

Tu es aussi passionné d’automobile. As tu eu des voitures sportives? 

Oui j’aime bien ça et j’ai surtout fait du circuit et perdu plusieurs permis pendant les 10 ans ou j’ai tourné le dos à la moto. Dans l’ordre : Citroen Visa, Clio RS (j’ai roulé et accidenté la voiture sur le circuit du Mas du Clos), Megane RS, Smart Roadster (qui fut la voiture de Sabine Azema dans les Herbes Folles de Alain Resnais), Audi S3 puis X5, A4 D et Clio D. Bref la descente aux enfers !

I. LAIDLAW et P. SCOTT à bord de leur 250 GTO quelques kilomètres avant l'arrivée à Vichy.

abarth-2Pour conclure, as tu un projet? 

Oui j’aimerais faire un livre de mes portraits mais c’est encore trop tôt, affaire à suivre…

Souhaites-tu remercier une personne en particulier?

Ma femme et mes enfants qui supportent chaque jour cette vie hors norme que j’ai choisi. Je suis peu présent et notre appartement est remplit de photo de moto et y a même des moteurs et des pièces de motos qui trainent partout. Bravo à eux !

www.facebook.com/amaurycibotphotographe78

www.instagram.com/amaury_cibot

amaury-cibot-photography.com

Merci beaucoup Amaury pour le temps que tu m’as consacré, Laurent

 

acp_7774

bbq_clutch-34

This article has 3 Comments

  1. « En France on cherche sans cesse à ressembler aux Américains, eux sont justes eux-mêmes et ça change tout ! »

    c est bien dit (Y)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *