Harley-Davidson Road King Special à l’essai

Dernièrement j’ai eu la possibilité pendant 5 jours de rouler en Harley-Davidson Road King Special. C’est le modèle 2017 avec le moteur Milwaukee Eight 107 que je voulais absolument tester. Quand je l’ai vu la première fois sur internet, je me suis dit que cette moto pourrait faire des belles photos et qu’elle devait être avec son guidon haut sympa à conduire.

J’ai récupéré  la moto le lundi midi chez Harley-Davidson France au siège à Créteil. Quand tu viens avec ton Sportster 883 Iron et que tu repars en Touring, le changement est radical. Dans la gamme Touring, je les ai déjà toutes conduites que ce soit avec le moteur 103, les CVO ou en septembre dernier le 107. C’est la gamme voyage, celle qui donne envie de partir loin dans les montagnes en ne prenant pas forcément le plus court chemin mais celui qui donne le plus de sensation.

 

Le Road King Special est à part dans la gamme Touring. C’est le seul à ne pas avoir de pare-brise ou du moins un carénage qui vous protège du vent, le Road King et le Road King Classic en ont un qui peut se retirer. D’ailleurs, on me l’avait proposé pour l’essai mais ne partant pas faire un long trajet, j’ai préféré ne pas le prendre. J’ai donc fait de l’autoroute sans pare-brise, c’est vrai que c’est physique, on prend bien le vent sur le corps, mais c’est comme rouler sur un softail Fat Boy. Je sais de quoi je parle, je suis descendu en 2014 à Grimaud et fait une partie de la Gironde avec un Fat Boy Special, j’avais plus apprécié les nationales que l’autoroute. Si on en a besoin, une fois le kit monté sur la fourche, le pare-brise se pose en moins de 30 secondes et se retire aussi facilement.

Ce Road King Special a des sacoches rigides avec le système pratique d’ouverture manipulable d’une main même avec des gants. Mais regardez les images de plus près, celles-ci sont plus basses à l’arrière et recouvre les échappements contrairement à toutes les sacoches de la gamme Touring sauf le Street Glide CVO qui ce dernier a les enceintes en plus. On ne gagne pas forcement de rangement supplémentaire, c’est surtout esthétique. D’ailleurs pour que l’arrière de ce RKS soit encore plus épuré, j’aurais mis les feux du CVO intégré dans le garde-boue.

Je disais au début que le guidon était plus haut, ils ont mis un mini-Ape de 9 pouces ce qui donne une position assez sympa et confortable. De plus, le guidon est large ce que facilite la conduite sur cette grosse moto qui fait 990mm de large et pèse 398 kg en état de marche. Au passage comme je dis souvent, si le devant passe, les sacoches aussi. Tout ça pour dire que cette moto peut en effrayer plus d’un dans la circulation Parisienne ou lors de remonte file dans une utilisation quotidienne. Je n’ai rencontré aucun problème que ce soit dans Paris, sur le périphérique ou encore à 18h en allant à la capitale pas le N118. C’est à ce moment que je trouve intéressant de parler du freinage car c’est dans la circulation dense qu’on s’en sert le plus avec des voitures qui déboitent sans clignotants. C’est du bonheur, une moto qui freine. Le système ABS qui permet de ne pas bloquer les roues et qui en plus dose le freinage sur les deux roues, c’est top. Je me concentre plus dans ce cas sur le comportement des autres autour de moi que du freinage car je sais qu’il réagira bien quand j’en aurai vraiment besoin. Par chance, j’ai eu que du beau temps, donc je ne pourrai pas me prononcer sur le comportement de cette moto sur les routes humides même si je l’ai déjà vécu sur les autres Touring. Le mot d’ordre est qu’on adapte sa vitesse aux conditions climatiques et aux types de revêtements.

Le premier soir, je suis parti chercher un endroit pour voir le coucher de soleil, j’ai commencé à photographier mais ce soir-là, il y avait pas mal de nuages. J’avais 2/3 photos intéressantes donc je décide de remballer et de mettre tout ça dans les sacoches. Au moment de démarrer, je vois dans mon rétroviseur gauche le ciel devenir rouge, je remet la bécane sur sa béquille et sort de nouveau mon appareil pour saisir cet instant.

Le lendemain, je suis  parti tôt pour profiter avant d’aller travailler, ce qui me permet d’avoir une lumière intéressante et de prendre un peu des routes de campagne. Le midi, je suis parti avec un ami dans la vallée de Chevreuse pique-niquer. Rien sur le dos, tout dans les sacoches. Nous sommes allé  du côté de Châteaufort, c’est mes routes pour tester les motos, des bons virages et un peu de côte pour voir les reprises, c’est là qu’on voit la performance du 107. Nous nous sommes aventuré dans le début de la forêt pour faire des photos, je ne vous cache pas d’avec ce type de moto, vous n’avez pas le droit à l’erreur quand vous vous garez. Presque 400 kg à déplacer, il suffit d’un peu de pente et c’est fini pour vous, il vaut mieux être deux. Ce n’a pas été le cas, car c’est devenu un reflex avec ce type de moto de bien gérer le stationnement pour repartir facilement.

Le mercredi soir, je décide d’aller sur Paris pour shooter un peu, plus de 3h à tourner de spot en spot avec des petits arrêts de 15 minutes. Il faisait 27 degrés, le moteur commençait à me chauffer sérieusement la cheville droite, moi qui pensais que cette moto chauffait moins, j’avais envie de rouler pour refroidir tout ça. Dans Paris, cette moto ne laisse pas les gens indifférents surtout le soir quand ils se promènent avec le beau temps. Vous la posez 5 minutes et vous avez les touristes qui tournent autour. Quel bonheur de descendre les Champs-Elysées et se balader dans Paris, il aurait fallu un passager pour lui faire vivre ce moment. J’ai même une personne avec un Fat Boy qui à fait un bout de chemin avec moi entre deux prises de vues, encore une belle rencontre.

Le vendredi, j’avais rendez-vous à midi  pour la rendre. Alors pour en profiter pleinement une dernière fois comme il faisait un temps superbe, je suis parti à 5h15 du matin dans Paris pour aller à des endroits inaccessibles en journée ou le soir. A 5h40 je la prenais avec la Tour Eiffel en arrière-plan au Trocadéro. J’aime me balader dans Paris à cette heure là, les gens qui rentrent du travail, ceux qui sortent de boîtes de nuit et prennent un taxi, la première clope en sortant le chien, les livreurs qui déposent les colis dans les cafés ou les magasins de proximité, les employés de propreté de Paris qui nettoient ce que les personnes incivilisées laissent en partant comme des bouteilles ou autres.

Bref, un Paris qui s’éveille, parfois, le soleil donne des effets sympas sur des bâtiments de Paris ou la Seine. Le top pour conclure  cette balade est de prendre son cafe en terrasse avec la moto devant avant de reprendre la route pour aller travailler. Certains de mes amis le font en groupe et j’y participe de temps en temps, mais moi, j’aime bien le faire seul pour prendre mon temps pour faire mes photos.

Le Road King Special m’a donné envie de partir faire de la route car même s’il est à l’aise sur les pavés parisiens et que ses amortisseurs sont assez efficaces, pour moi cette moto a besoin de s’exprimer et de faire de la route. Quand tu dois ouvrir un peu pour dépasser une voiture ou une autre moto, celle-ci répond très bien, le son d’ailleurs est assez bon à ce moment-là. Les vitesses sont souples à passer, l’embrayage n’est pas dur et il y a un même le régulateur de vitesse. J’avais pendant des années mon regard fixé sur le Fat Boy Special, je crois que c’est le Road King Special qui vient de prendre sa place. Je trouve pour le coup, le RKS plus maniable avec ses pneus plus étroits et il faut dire que les sacoches rigides, c’est vraiment pratique.

Merci à Harley-Davidson France pour cet essai.

www.harley-davidson.com

This article has 20 Comments

  1. Que de belles photos ! La virée du petit matin doit être vraiment sympa pour découvrir Paris avec un autre regard…
    N’étant pas trop amateur HD à la base, je trouve cette RKS vraiment intéressante!!

  2. Bravo Laurent très belles photos.
    Roulant en dyna street bob special,
    je me verrai bien sur celle-ci maintenant…à cause de toi ! C’est malin.
    Moteur moderne, look rétro à mort, c’est beau, très beau.
    Et en plus elle freine, que demander de plus ?
    ah ben si, un gros effort sur le prix mais là je rêve.

  3. Toujours de très belles photos et tu m’as presque convaincu que ça pourrait être sympa de se lever tôt ! Et ce n’est pas rien.

  4. Le RKS est vraiment une belle machine (même si je préfère mon RKC) et superbement mis en valeur avec tes photos fantastiques ! Bravo.

    1. Fab, je peux te demander, comme à Hugues si dessous, ce qu’il en est du comfort passager du RKClassic? Suis en pleine reflexion depuis que mon épouse adore faire des sorties, mais pas sur un Softail 🙂
      Merci et à bientôt
      Phildoon
      PS: Et bravo à Chazster pour un superbe reportage.

  5. Bonsoir et tout à fait d’accord c’est la seule qui a pu me faire penser à autre chose qu’à la street guide surtout en 107 que je trouve un peu trop civilisée. Merci chazster. un bien dur métier profite bien

  6. Superbes photos !!!!!!

    Et super moto, encore un bon coup de la MoCo …..

    Ce nouveau moteur a vraiment fait un bond en avant

    J’ai le même Road King en gris mat (charcoal denim) et je me régale !!!!!!

    1. Salut Hugues. Possible de savoir si le comfort passager est vraiment top sur le RKS? Ma femme rêve d’une moto qui lui éviterait le kiné apres nos rides… J’ai demandé à Chazster, mais il n’a pas pris de passagère pendant son essai (enfin, c’est ce qu’il dit 🙂
      Merci et à bientôt !
      Phildoon (Insta )

  7. Bonjour Laurent,
    Superbe reportage. Merci également pour le clin d’œil car, oui, je suis l’homme au Fat Boy qui à fait un bout de chemin avec toi entre deux prises de vues à Paris le mercredi soir, et je confirme: une très belle rencontre.

    J’avais hâte de lire ton retour sur cette moto car j’avais vraiment flashé sur elle dès que je l’avais vue quelques semaines plus tôt à Iron Bikers. Entre temps je m’étais renseigné, il n’y a eu que 99 unités pour toute la France et évidemment tout a été vendu!

    Encore bravo et à bientôt j’espère,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *