BMW K 1600 B à l’essai

Quand BMW Motorrad France début novembre m’a proposé de tester la K1600B, j’ai directement sauté sur l’occasion. J’aime bien les grosses motos surtout quand elles ont un gros moteur, pleins d’assistances électroniques et des gadgets utiles. Pour le coup, avec la K1600B, j’étais servi. Six cylindres en ligne délivrant 160 ch, de quoi se faire plaisir.

La prise en main a duré bien plus longtemps que d’habitude quand je prends une moto. Il ne fallait pas passer à côté d’une fonction sympa comme par exemple la marche arrière que je n’ai jamais eu sur une moto. Oui, ça peut aider quand on voit le gabarit et le poids de la moto. Une mauvaise pente et si vous êtes seul, c’est fini pour vous. C’est une option dans le pack Touring. K1600B, le B comme Bagger, c’est un touring avec deux valises sur le côté assez massif devant et plus bas sur la partie arrière. Les valises sur ce modèle ne peuvent pas se retirer car il y a les phares Led incorporés dedans. Je vais tout de suite évoquer le sujet des valises d’ailleurs. Le bon côté, c’est qu’elle se verrouille soit à clé soit avec la télécommande soit avec un bouton sur le guidon. Une valise peut être ouverte avec une main. Par contre, le volume est vraiment faible. Je pouvais rentrer d’un côté que mon sac à dos de 12,5 litres et de l’autre côté mon casque jet Shoei-Jo qui est en taille small. Vous pouvez mettre un casque intégral sur le côté. Dans une des valises, il y a une pochette avec une prise jack et un prise USB pour mettre de la musique. Il existe un sac intérieur BMW pour valise en option et je pense que c’est vraiment ce qu’il y a de plus pratique, il a la forme de  la valise.

Passons maintenant à l’ergonomie de la moto. Pour ma taille, j’ai eu la chance d’avoir l’option selle taille basse. L’avantage, les deux pieds sont bien au sol pour plus de stabilité à l’arrêt, un autre avantage, j’étais mieux protégé par la bulle au final. Donc parfois, j’ai pu rouler la visière ouverte sur l’autoroute. La position est naturelle, le haut du corps est bien droit. Au niveau des commandes, tout est facilement accessible même avec des gants d’hiver et assez bien organisé. Pour les commandes aux pieds, pareil, rien à dire, j’avais les reposes pieds en option pour les longues lignes droites, c’est confortable mais attention de bien retirer les pieds et les remettre au niveau des commandes pour freiner et rétrograder. Si vous freinez sans rétrograder, le moteur se cale par rapport au régime et vous ne calez pas. Le Shifter pro permet de monter et descendre les vitesses facilement sans toucher à l’embrayage, c’est très pratique.

Petit tour au niveau des commandes et affichages, il y en a des boutons et des informations partout, je ne sais pas si j’ai bien tout retenue mais dans ce cas, je vais vous parler de ce que j’ai le plus utilisé. Déjà pour commencer, vous avez la clé dans la poche (Keyless Ride) et vous avez juste à appuyer sur un gros bouton pour l’allumer et ensuite sur le bouton rouge sur la droite pour démarrer. Ce même gros bouton permet aussi de verrouiller la direction. Dans les gadgets sympas, j’ai beaucoup joué avec le pare-brise qui se lève, sur autoroute en haut ainsi qu’en ville avec la visière ouverte, sinon tout en bas en ville avec la visière car avec le froid, ça piquait un peu. Ensuite, on choisit le mode rain, road et dynamic ce qui permet de gérer l’assistance au freinage plus ou moins prononcer, le régime moteur et l’anti-patinage plus ou moins actif. J’ai passé beaucoup de temps en mode Rain malheureusement. Les peu de fois où j’ai testé Dynamic sur route sèche, j’ai juste halluciné sur la moto, c’est un peu le mode Sport. Il y a la molette qui permet de naviguer dans les menus et de valider son choix, c’est assez pratique, ce qui est dommage si tu écoutes de la musique et que tu règles une option, tu dois retrouver le menu radio pour régler le volume sinon si tu es dans un menu en cours, par exemple les poignées chauffantes, en tournant tu risques de monter la chaleur au lieu de régler le volume. Bref, ça aurait été cool un bouton réglage volume sur une autre commande. Ca reste un détail.  Le régulateur de vitesse sur cette moto est pratique et facile à utiliser. Sur le guidon, il y a un bouton R pour marche arrière, il suffit d’appuyer dessus quand vous êtes au point mort, ensuite d’appuyer doucement sur le bouton rouge start, vous entendez un clique et ça commence à reculer. Allez-y doucement les premières fois. Pour repartir en marche avant, appuyer de nouveau sur R et passez la première. En dessous de ce bouton, il y a celui des anti-brouillards. Ils aident à voir mais surtout à faire un triangle de feu pour être mieux vu à moto et ça marche vraiment.

Maintenant place à l’essai, pour rejoindre Massy, je prends directement la A86. Cette moto a la suspension à pilotage électronique ESA dynamic. Je me mets en Cruiser, c’est le mode où l’amortisseur est plus doux, je mets mes pieds sur les reposes pieds en avant et là je sens comme une moto qui flotte. J’avais l’impression d’être dans une grosse berline Allemande. Je lève la bulle, je me mets en 6 et j’active le régulateur de vitesse. Le mode Road est plus précis et s’adapte plus à toutes les situations de routes, c’est le mode que j’ai le plus utilisé par rapport aux styles de trajet que j’ai fait.

Il y a 160 ch, je peux vous dire que ça envoie grave. Je n’avais jamais connu ça. Le son est de folie quand tu ouvres. Pas besoin de mettre un échappement pour avoir un son de malade. J’ai vu que Remus faisait une double sortie ronde, c’est peut-être plus esthétique que les 2 ovales (norme euro 4 oblige) mais ce n’est pas très utile, mieux vaut mettre son argent dans une option utile.

Malheureusement le soir en rentrant, il a plu et il a fallu que j’active le mode pluie/rain. L’ABS s’active nettement plus rapidement et surtout, même si j’ouvrais un peu trop fort, la roue arrière ne perdait jamais l’adhérence. J’ai enchainé les premiers virages doucement, le sol était mouillé et il faisait moins de 5°C, la moto pèse plus de 336 kilos, mieux vaut être prudent.

Le lendemain, pas mieux le matin, une petite éclaircit le midi, j’en profite pour l’essayer sur un sol sec, elle maniable, les pneus tiennent super-bien la route, je me régale. Je suis parti sur Paris à un rendez-vous, ça m’a permis  de prendre l’autoroute A6 et faire un peu de périphérique dans les embouteillages, je me suis dit au début que j’aurai peut-être du mal avec les valises qui dépassent (plus large que le guidon) mais au final, nickel, je me suis faufilé. La moto fait 1 mètre de large. Je ne dis pas que tu arrives super facilement au feu rouge pour partir en premier mais tu remontes facilement les files. Un écart d’une voiture et hop, un coup de klaxon, je peux voir dire que la voiture se remet dans l’axe direct, il est super puissant.

Le mercredi matin, il avait l’air d’avoir une éclaircie et donc peut-être un joli lever de soleil pour faire quelques photos en allant travailler. En route pour chercher un spot, installer mon matériel et attendre qu’il se lève. J’ai dix minutes dans ce cas pour agir et faire le maximum de photos.


Je décide le soir d’aller rejoindre des amis sur Paris pour un petit cigare, n’étant pas loin de la place de la Concorde, en repartant, je me pose pour faire des photos.  A partir d’une certaine heure, il y a plus personne, on peut s’installer tranquillement. En plus en ce moment, j’ai le Leica Q que Leica France m’a mis à disposition, alors quoi de mieux que de photographier une moto Allemande avec un appareil photo Allemand. Paris la nuit c’est merveilleux pour se balader et faire des photos. Un petit tour sous le Pont Alexandre III pour une mini pause. Avec cette moto, tu ne passes pas inaperçu et tu te fais interpeler par les piétons, les mecs en maxi scooter et bien entendu les BMistes en RT et GS. De quoi te faire des amis aux feux rouges. Quand j’ai le temps, c’est toujours avec plaisir de discuter ou partager un petit bout de chemin.

Le jeudi midi, il a fait super beau, je suis parti dans le 91 sur des routes que je connais du côté de Villebon et Janvry pour faire une petite balade et tester le confort de cette moto. Elle donne envie d’aller plus loin et partir faire un road trip. J’aurai bien pris une journée ou deux pour aller faire des kilomètres. Le devant est tellement large et vraiment bien étudié niveau aérodynamique que tu ne sens pratiquement le vent aussi bien au niveau des jambes que le haut du corps. De plus en plus je commençais à prendre confiance avec cette moto et à l’incliner mais malheureusement, la pluie est revenue. En partant le soir du bureau, dans la montée du parking qui était bouchée, j’ai pu tester le hill start control (aide au démarrage en côte) ça aide et ça peut être utile. Il a fallu rentrer rapidement, quelque temps plus tard, il commençait à neiger.

Le vendredi, mon emploi du temps ne m’a pas permis d’en profiter, une journée chargée. Le soir, je suis passé par le plateau de Saclay, il pleuvait encore un peu et il faisait froid. J’ai mis la radio, mode rain, les poignées chauffantes à fond, le siège chauffant aussi et la bulle bien haute , j’ai roulé à la cool et j’ai rendu la moto.  Ce qui est bien avec une moto comme ça sous la pluie, c’est qu’elle est rassurante.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette moto, le confort est vraiment très présent. Comme je disais à une amie, si tu veux prendre un passager avec un café à la main, la moto peut être conduite très calmement sans à-coups et si vous voulez que cette personne vous serre très fort après avoir bu son café, tu ouvres bien la poignée à fond et là c’est parti pour des sensations fortes.  Attention, il n’y a pas de sissy bar, elle pourra que se tenir à vous ou aux poignées proches des valises. Le truc qui m’embête le plus pour une moto dite de voyage, c’est le volume des valises qui pour moi est vraiment trop faible. Je ne parle pas de la béquille centrale qui n’est pas facile à mettre.

Modèle essayé : 28 545 €

Packs :

+ Pack Touring : 1 925 €

Radio MP3 Bluetooth, préparation GPS, aide à la marche arrière

+ Pack Confort : 1 510 €

Keyless ride, shifter pro, verrouillage centralisé, feux additionnels anti brouillard à LED, alarme

+ Pack Sécurité : 1 020 €

Phare de virage adaptatif, feux diurnes à LED, hill start control (aide au démarrage en côte), RDC (témoin de pression de pneus)

Options et accessoires : 540 €

Marchepied

Béquille centrale

Protections moteur

www.bmw-motorrad.fr/fr

 

 

This article has 2 Comments

  1. Bonjour et merci pour ce compte rendu.
    Je me pose deux questions : l’option béquille centrale est-elle utile (peut-on sans trop de difficultés mettre la moto dessus) il semble à lire votre commentaire que ce ne soit pas simple.
    La conduite en inter file il dans les embouteillages parisiens est-elle galère ? J’ai une 1200RT et je crains avec 60 kg de plus de me mettre en difficulté.
    Merci pour une éventuelle réponse.
    Bonne journée

    1. Bonsoir michel, honnêtement, je n’ai pas réussi à mettre la moto sur la béquille centrale. J’ai essayé et j’ai tout de suite abandonné. La moto se faufile partout. C’est un coup à prendre. Ca sera moins simple d’avec la RT. (moins de rangement aussi). Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.